Publicité de 1908 sur "le Champenois"

Comme je l'avais noté sur la place Auban- Moët, il y avait dans le temps la halle aux blés ,et donc la rue Porte-Lucas commence au 19 siècle à l'opticien Foy, mais elle aurait commencée rue de la Juiverie (voir plus bas) selon certains écrits , le probleme ,comment s'appelait le morceau de la rue St Martin à la rue de la Juiverie ??

 

 

En cours

  • Les premiers N°

    En 1896 changement de numérotation (4 chiffres en plus a priori) ,a cause du changement de nom de la place du Marché au blé,en place Auban-Moët, mais certains magasins sont restés plusieurs années avec l'ancien N°.

  • Expemple ;Guyot fils ,boucher 1890* fini en 1897,mais en 1896, son magasin du 25 rue Porte Lucas devient le 29 et sera repris par Mahy à "la nouvelle adresse"
    Une autre numérotation a eu lieu pour le "Café de Paris"en 1910 il est au n°5 et au n° 9 en 1951 et de nos jours,il a déménagé !

  • Exemple un peu plus embêtant pour la numérotation :"Au bon Marché" en Avril 1906,est au 2 rue Porte -Lucas & 1 place Auban -Moët sur les réclames des journaux locaux , je pensais avoir un bon point de repère ! perdu .
    La raison ,au 19 ème Siècle la rue commençait à la rue de la Juiverie

  • En 1900,çà bouge!!

    le coin de la rue avait un café " Le Champenois"qui deviendra une bijouterie "A l'Alliance"

  • Le "Café de Paris "qui était au N°5 ira, quelques décennies plus tard à la place de l’ "Epicerie Centrale"

  • Au fait! " A l'Alliance", la bijouterie en 1900 elle était au N° 3

  • Les entêtes de réclames

    Les vieux journaux sont de précieuses sources d'informations , mais la numérotation ,est toujours un sport "cérébral"

  • Les publications de ventes

  • Cp photo début 20 ème

    Une épicerie bien achalandée depuis le XIX eme Siècle ,qui aura plusieurs propriétaires et a eu surement le nom de" Maison des Provencaux" . Elle deviendra le "Café de Paris" qui était au N°3 jusqu'en 1909-1910

  • Réclame du 2 ème semestre 1898 du Champenois pour l' Épicerie Centrale"

  • Encart de la salle des Ventes en 1921

    La salle des ventes est arrivée a cet emplacement vers 1905 ,était au n°7 rue Flodoart

  • le 17-19 rue Porte Lucas verra la Maison Montagne ,chemisiers,bonneterie,tailleur, des années 1920 environ puis la Maison Losh " Marcel" (T.S.F ) des années 1950 jusqu'au XXI eme Siècle

  • le n° 21 & 23

  • le n° 35 " Au Pauvre Diable"

  • le n° 33 "Au Bonheur des Dames" pub de 1919

  • En remontant par la gauche

    "Au Grand Détail " Barrois épicier,sels tabacs 1896 >1905 (fondée en 1828 ) 36 Rue Porte Lucas aura le n° 40

  • En 1976 démolition de l'angle de la rue de la tour Biron et de la rue Porte - Lucas appartenant à la Ville, qui l'avait racheté dans le cadre de la rénovation ,depuis une dizaine d'années.
    Cet angle comprenait une épicerie-tabac-buvette tenue par Mme Vve Barrois jusque dans les années 65-66,et un commerce à droite en remontant vers la place Auban-Moët, Mr Pérrin opticien année 1940, puis
    chez Navarrète opticien 1945* 1951* 38 Rue Porte Lucas

  • Au 36 rue Porte-Lucas le café de l'Union

    "Café de l'Union" Mr Portheault (était en 1904 au 9 place de l’hôtel de ville, transfert de l'enseigne en 1907 (est là en 1914 )
    Mr R Jeantet en 1922 -1923 * Bar A l'escargot 1951*
    L'emplacement du " Café de l'Union" , est de nos jours, un institut de beauté

  • L'Hotel de l'Europe

  • vue sur le n° pairs

  • Au n°28-30 les armuriers ,attention avant 1900 le n° est le 26

    Mr Jourjon Arquebusier 1875* fin 1889 au n° 26 Rue Porte de Lucas
    Mr Dutreuil, Arquebusier ,armurier 1890 -->1914 (en 1896 la numérotation le fait passé au n° 30 )
    Mr Murat Marcel, Armurerie,naturalisation,cycles pub 1919 & 1921
    Mr Reneaux Henri & Cie Armurerie (pub 1923)
    Mr Bruyère Armurerie 1937 ~~ 1951*
    Les dates sont prises sur des pubs etc.. ,elles sont "Sur" entre toutes les périodes ,je cherche des docs ,pour affiner .

  • Au n°6 Rue Porte Lucas

    Mr Veis Maurice ( couleurs vernis) pas de date pour le début surement les années 1920--> 1951*

L'épicerie du début de la rue à gauche ,finira par un café tenue par Mme Vve Boizard ,la tenancière qui pris sa retraite très tard. Mme Boizard avait une vieille clientèle d'habitués et ouvrait très tôt le matin , elle pris sa retraite et eut heureusement plus de chance que sa consœur de l'épicerie dans face qui mourut assasinée.
La ville racheta le bâtiment dans les années 1970 dans le cadre de la rénovation et fût démoli.