Je vais dans les limites de mes compétences , des infos et des docs receuillis ,ciblé un magasin, une rue ,un batiment etc...en y ajoutant des infos petit à petit ou que vous posterez !

Le paté de maisons entre la rue de l'écaille et la rue Montilleul,plus partculierement le n° 32 ,celui que l'on voit sur les Cpa

 

Le magasin Pithois était sur la chaussée à droite :fers,fonte 1900* Voir avec le N°20 probléme !!! 30 Place du Marché-au-blé

De nos jours le N° 30 est Natalys 

 A la pointe il y eu ;

la Depeche Sparnacienne Gérant Chanal 1895* (viens en 1897 du 22 rue Basse St Laurent) 
( Gérant Mr Crinque1899 --> 1901)
la Depeche Sparnacienne devient Dépèche de L'Est en 1900
Gerant ; ( Deloge 1902-->1905 )( Magnier 1906*--> ??
(Le champenois 1901 à 1918 ??
Les deux "commerces" ont ils cohabités ?? 
A la Coquette M Rochoux (Mercerie maroquinerie ) 32 place Auban Moët
(Encart publicitaire sur Le réveil) Fermeture pour cause de départ rabais Fevr-mars 1918
 
Lefevre patissier (1951*) 32 place Auban Moët est sur le trottoir à gauche en 1951

La pointe qui de nos jours est un ilot faisant parking , fût racheté le 25 Janvier 1924 par la Ville d'Epernay ,entre-autre le N° 10 de la rue de l'Ecaille ,donnant sur la place de la Poterne & la rue Montilleul ,l'immeuble de 2 étages avec cour pour la somme de 55 000 fr, pour démolition.
Il y avait une "pension de Famille",tenue par Mme Vve Frappart puis Mme Veuve Tribault .
Le 24 Octobre 1924 ,le fond de commerce "pension de famille" sera transferé au 10 rue Neuve

Cpa publicitaire

La rue de l'Ecaille

Rue de l'Ecaille  (disparu vers 1925)
Les commerces que j'ai relevé avec leurs dates de début d'exploitation (pas obligatoirement dans cette rue), de fin et leurs numérotations (attention ,ne pas prendre au " pied de la lettre")
La numérotation a changé au cours des siècles ,les démolitions, les érreurs, peuvent varier au fil du temps.
Un numéro peut avoir plusieurs "commerces ou artisans".
Tout les N° pairs disparaitront,logique!.
Rappel "A la Coquette" est au 32 place Auban - Moët
Pour la numérotation sur le plan ,je me suis basé sur un angle droit avec le commerce "A la Coquette", c'est une initiative perso,qui pourrait etre "bonne" en rapport avec la boulangerie et la Maison du Doc Vérron.
Les adresses inconnus de la rue:
- Mme Fourché  ,maraicher 1874* fin 1876    
- E Matheys: photographe avant 1900       
Le N° 2
- Wagner ,mercerie  1875* fin 1889 (viens en 1879, du 45 rue Saint Thibault)
Le N° 4       
- Vve Vieillard  aubergiste-débitant 1875* fin en 1889                            
- Vallant ;Aubergiste, débitant  1899* fin 1900* viens du 6 rue Basse-St-Laurent
- Nostry ; ,Débitant  1890* --->1911(??)                                 
- Henry ,coutelier 1880* fin 1907(1887 est au 6 Rue des Tanneurs/1897est au 17 place du Marché au Blé /1900 --> 1903  est au 36 rue St Thibault)
       
Le N° 6
- Poussart  aubergiste-débitant 1875* 1881
- Nostry ; hotel du Lion d'Or ,débitant  1898* ( idem que le N° 4 ???)                                                                                        
Le N° 10
- Frappart "pension de Famille"1875 fin 1923
- Vve Frappart "pension de Famille" vends à Mme Veuve Tribault ,le 24 Octobre 1924 ,le fond de commerce "pension de famille" qu'elle transfert au 10 rue Neuve
Le 25 Janvier 1924 la Ville d'Epernay rachete le N° 10 de la rue de l'Ecaille ,donnant sur la place de la Poterne & la rue Montilleul l'immeuble de 2 étages avec cour pour la somme de 55 000 fr, pour démolition.
Comme on le constate les dates se chevauchent ,le "nom" est vendu mais pas l'immeuble ???
 
Le N° 12
- Machuret ,corsets  1905*  (avant 1909 est  Av Paul Chandon)
  
Le N° 1
- Baudet  restaurateur-traiteur 1874* 1879*                                                   
- Vve Baudet  restaurateur-traiteur fin 1880*                                                   
- Thil  ,restaurateur-traiteur 1881* ---->1911 (en activité, pas de fin connu!)                                                  
- Restaurant de l' Ecaille ; René -Victor Fouan a vendu à son fils              
Adonis Fouan le 1er Février 1919       
Vente de la Maison le 28 Aout 1919 ,le bail est expiré( Mr robert-Petitfrère est le proprio)
(Ce Mr Fouan achete le fonds de commerce à Pierry ,le 14 Décembre 1922 " Approvisionnement Général" Café,etc.
Le N° 5
- Maillard billards,tapisserie literie 1873*fin 1881(va en 1877, 5 rue du Chateau avec les billards)
- Duguet ," création du "café de l'industrie" 1878 *fin en 1879 (mais le nom du fonds va 77 rue St Laurent)                             
- Colard peintre-vitrier 1875*fin 1890 (en 1880, viens du 14 Place du Marché-au-blé)un gros doute?? 
- Pargny,articles de billards (a un autre magasin rue du Pont et il regroupe en Janvier 1909)
Le N° 7      
- Grangé Calorifère,tolerie 1873* >1876                                                              
- E Péron ,armurier concessionnaire auto, moto  vélocipède 1905  fin 1909*         
Le N° 9
- Huiron : boulanger -patissier 1878**  fin 1887                                           
- Doire  : boulanger -patissier 1888** fin  1889                                           
- Sauss  : boulangerie 1898* fin en 1900
- Nominé : boulangerie 1901 fin en 1906*           
- Ball   : boulangerie 1907* -->1911           
- A priori cette boulangerie a disparu corps & bien, il ya quelques années seulement!!désolé pour les noms des boulangers de 1911 à nos jours ,j'ai pas !!
Le N° 13
- Véron ,docteur 1879* --> 1911 (en 1883 viens du 13 rue du Collège )         
(infos sur Le Champenois 1905)
Le N° 15
- A Lambotin,peintre -vitrier 1880**fin en 1899*(Av 1896 au 21 rue de la Juiverie)         
- Léonard ,peintre vitrier 1899*fin en 1903 (Viens du 15 place Auban-Moët.).    

L'usine à gaz

  • Vue du ciel

    La percée de la rue Ernest Vallée n'est pas encore faite

  • Plan de l'usine vers 1900

    L'usine fonctionna jusque dans les années 55,elle eût le N° 40 rue du faubourg d'Igny ,avant la percée.
    En 1962 Chantelle y ouvre sa première usine, à priori.

  • La révolte de 1911

    Point stratégique de la Ville ,elle est gardée en ces périodes de troubles

  • En descendant la rue Thiercelin

  • Vue de la " Petite Vitesse"

  • Factures de la socièté

Les demandes exceptionelles du CIVC

Une demande comme l'explique la lettre ,d'un envoi d'un contingent de bouteilles,en fonction de la taille de la Maison de Champagne, pour le retour des prisonniers de Guerre.

 

Cette photo montre la lettre du retour des bouteilles vides, pas de gachis!!