les photographes du XIX eme & XX eme siècles

Un petit sujet sur nos photographes sparnaciens qui grace à leurs objectifs ,nous ont laissés de beaux souvenirs. La liste ci dessous n'est pas exaustive et les infos encore moins, tout renseignements pour partager ,est le bien venu . 

Je vais commencer par la rue où l'obturateur a le plus fonctionné ; la rue du Chemin de Fer qui deviendra la rue Gambetta et dont la numérotation changera ( le 19 deviendrai le n° 27 !! )

Georges Félix Durand est né le 4 septembre 1835 à  Saint-Martin-d'Ablois (Marne). Son père, après avoir été garde-forestier, sera employé au chemin de fer. Georges Félix, quand il se marie en décembre 1858, est lui aussi employé comptable au chemin de fer mais deux ans plus tard, il est peintre en bâtiments à  Epernay (Marne). C'est là  qu'il commence sa carrière de photographe aux environs de 1863.

En 1866, il est recensé 3, rue du Moulin brulé et en 1872, il est domicilié au 3, rue du Chemin de fer (près de la place Louis-Philippe) où il travaille sous l'enseigne "Photographie du XIXe siècle". Peu après, il s'installe à  Laval (Mayenne) dans un atelier situé 9, rue du Britais où sa présence est attestée en septembre 1880. En 1881, il est de retour dans la Marne. Il opère dans un atelier situé 36, rue de Vaux à  Châlons-sur-Marne. Il y sera actif une vingtaine d'années. Au début du XXe siècle, son fils Albert Paul Emile Durand né le 1er juin 1860 à  Epernay ,formé dans l'atelier paternel,lui succèdera

Charles Marie Legée est né le 30 novembre 1840 à  Epernay (Marne) quatrième d'une famille de treize enfants, . Il a été photographe dans sa ville natale à  partir de 1872 environ. Dans l'atelier situé 19, rue du Chemin de fer, il succède à  Georges Durand. Il ouvre deux succursales dans la Meuse : l'une à  Verdun mentionnée dans l'annuaire départemental, éditions de 1874 à  1876 et l'autre à  Bar-le-Duc. A Epernay, il travaille avec son beau-frère Justin Godard (1850-?). Après 1876, l'atelier d'Epernay est repris par Jules Delzor que Charles Legée avait connu à  Verdun où il était photographe. On ne sait rien de Charles Legée après qu'il a quitté Epernay.

Justin Godard est né le 12 novembre 1850 à  Hoëricourt (Haute-Marne) fils d'un marinier,. En 1876, il est photographe à  Epernay (Marne) où il travaille avec Charles Marie Legée dont il a épousé, cette année-là , l'une des soeurs. Selon son livret militaire, Justin Godard se serait installé en 1885 à   Fère-en-Tardenois (Aisne) où il a été photographe pendant une vingtaine d'années. Il est mentionné dans l'Annuaire départemental des Vosges à  partir de 1897. En 1911, il est recensé à  Contrexéville

Sarrault : photographe 1875 *fin 1880 (pub sur des journaux)  19 rue du Chemin de fer

Jules Alexandre Joseph Delzor est né le 15 février 1841 à  Vitry-le-François (Marne) fils d'un ferblantier, . On sait qu'un J. Delzor a exercé à  Paris vers 1865. Il doit s'agir de lui. Le 19 juillet 1865, il se marie à  Saint-Mihiel (Meuse) où il était domicilié, sans doute depuis fort peu de temps. Sa carrière de photographe prend véritablement son essor quand il s'installe à  Verdun (Meuse) où sa présence est attestée en avril 1866. Il va y travailler pendant près de quinze ans. Son atelier est 6, place Chevert puis rue Mazel à  partir de 1874. En 1880 environ, Jules Delzor quitte Verdun pour Epernay (Marne) où il succède à  Charles Legée dans un atelier situé 19, rue du Chemin de fer ; voie qui sera ensuite dénommée rue Gambetta. Il y exerce jusqu'à  son décès survenu le 19 avril 1902. Quelques semaines plus tard, ses héritiers cèdent le fonds de commerce à  Poyet.

Jean Poyet  est né à St Etienne, le 6 mai 1871. Son père était coiffeur. En 1885 il est en apprentissage chez Rousseau photographe à St Etienne, il est à Caën, chez Riocreux, en 1890, puis chez de grands maîtres comme Daireaux et Benque à Paris en 1895.Le 28 décembre 1895, eut lieu à Paris la première représentation du Cinématographe Lumière. Trente trois spectateurs seulement y assistaient, dans le Salon Indien, au sous-sol du Grand Café. Jean Poyet qui travaillait chez Benque, est sur une photo à l'entrée de la salle, faisait t 'il parti des 33 privilégiés?? Jean Poyet arrive à Epernay, succédant à Delzor décédé en 1902. Jean et Berthe, sa femme auront deux enfants , Marguerite qui travaillera au guichet et à l'atelier jusque dans les année 1960 ,et Fernand, qui ouvrira son atelier à St Raphael en 1945 . Jean Poyet ne prit jamais de retraite, et resta rue Gambetta jusqu'à son décès, le 18 septembre 1956 à l'age de 86 ans .

L'atelier tourna avec une dizaine de personnes dans les années 1950. Dans les années 1960 M. Schillinger prend la sucession .

                                                   -----------------------

 

Paul Robichon est né le 23 mars 1839 à  Dijon (Côte d'Or). Il a été photographe itinérant avant de se fixer à  Epernay (Marne) où il exercera sous le nom de Paulus. En mai 1874, il est de passage à  Vertus (Marne) quand sa compagne Félicie Bruley donne naissance à  leur fils unique, Horace Eugène Robichon. Les portraits faits à  cette époque sont signés Robichon-Bruley. Le couple s'installe à  Epernay au 2, place de la Gendarmerie ( voir la boite rouge à carte de visites dans mes objets) A noter que le photographe est recensé sous le nom de Robichon en 1876 et sous celui de Paulus en 1881. La place de la Gendarmerie est rebaptisée place Victor-Hugo après la mort du poète. Paulus y est recensé en 1886 et 1891. Lors des recensements de 1896 et 1901, il est domicilié 9, rue du Faubourg d'Igny. Au dos de ses photos, Paulus vante ses "Photographies coloriées par la lumière - système G. Bonnaud" et ses portraits inaltérables au charbon selon le procédé de Christian Liébert. Paul Robichon est décédé à  Epernay le 9 septembre 1901.

Horace Eugène Robichon est né le 13 mai 1874 à  Vertus (Marne) son père, est Paul Robichon, formé par son père, Horace, qui signe ses photos H. Paulus, poursuit l'activité. En 1911, il est photographe rue du Faubourg d'Igny, là  où son père avait travaillé à  la fin du XIXe siècle. Il est recensé à  cette adresse en 1911.

Charles Joseph Racadot est né le 24 mars 1860 à  Nancy (Meurthe-et-Moselle),lors du recensement de 1886, il est ouvrier photographe chez Paul Robichon dit Paulus,. Idem en 1891. Célibataire, il décède à  l'asile d'aliénés de Châlons-sur-Marne le 17 décembre 1893. A priori, il n'a jamais travaillé à  son compte

                                                        ----------------------------------

Louis Pansin est né le 22 septembre 1817 à  Epernay (Marne). Il est le fils de Louis Claude Pansin, peintre et vitrier. Comme son père, le fils sera d'abord peintre en bâtiments mais évoluera vers des travaux plus qualifiés. En avril 1849, sur l'acte de naissance de l'une de ses filles, il est indiqué qu'il est artiste peintre. On ne sait à  quelle date précise Louis Pansin a commencé à  faire le portrait des habitants d'Epernay, en parallèle à  son métier de peintre. Son atelier était situé à  son domicile, passage du Jard. Lors du recensement de 1866, sa fille Eugénie, âgée de 19 ans, est photographe et travaille avec son père. Elle meurt quelques mois plus tard. Louis Pansin est décédé à  Epernay le 27 janvier 1869. Il ne semble pas que son fils Emile, qui était aussi peintre, ait conservé l'atelier de photographie.

                                                      ----------------------------------

Jean-Michel -dit Gustave- Beaudouin a été photographe à  Epernay (Marne), sa ville natale. On relèvera les variations orthographiques de son patronyme : Beaudouin, sur son acte de naissance et sur son acte de mariage ; Beaudoin, sur l'acte de naissance de ses enfants et les recensements . Fils d'un jardinier, il est né à  Epernay le 17 juillet 1859. Il est artiste peintre lorsqu'il se marie en 1889 puis peintre et photographe lors la naissance de sa fille cadette en janvier 1892. Il est avant 1896 au 55 route de Sézanne (de nos jours plutôt la rue de Sézanne) .En 1896, il est photographe domicilié 29, rue de Grandpierre mais décorateur sur l'acte de naissance de sa dernière fille en décembre 1900 puis peintre et statuaire en 1901. Il n'a donc été photographe que pendant quelques années avec une activité réduite.

Jean-Michel Beaudouin est décédé presque centenaire à  Epernay le 24 février 1956.

                                              ----------------------------------

Jean Poujet (patronyme orthographié Pouget sur tous les actes d'état civil) est né le 3 janvier 1830 à  Port-Sainte-Marie (Lot-et-Garonne) où son père était cultivateur et peigneur en lin. Quand il se marie le 24 mai 1852 à  Epernay (Marne), le jeune Pouget est coiffeur, domicilié à  Paris. Il s'installe à  Epernay où il sera coiffeur, métier qu'il exerce lors du recensement de 1866. Comme d'autres coiffeurs et perruquiers du XIXe siècle, il va devenir photographe pour faire le portrait de ceux et celles qu'il avait l'habitude de coiffer. Son atelier est situé 2, rue Saint-Thibault où il est recensé en 1872. Il y exercera jusqu'à  son décès. L'ancien coiffeur devait posséder de réels dons artistiques. Au dos de ses photos, il se présente comme artiste peintre en portraits et photographe et rappelle les 10 médailles obtenues à  l'Exposition universelle de 1878 et dans différentes expositions. Jean Pouget est décédé à  Epernay le 18 janvier 1895. Son fils Henri-Charles (1855-?) le secondera puis travaillera pour de Bary, photographe à  Reims.

                                               ---------------------------------

Victor Alfred Lémerez est né le 14 janvier 1861 à  Nogent-sur-Seine, (Aube)Fils d'un pâtissier-confiseur. C'est dans ce département qu'il commence sa carrière de photographe. Le 28 décembre 1882, quand il épouse Jeanne Célestine Leblanc, Victor Alfred Lémerez est photographe (itinérant ?) domicilié chez ses parents à  Villenauxe (Aube). Après son mariage, il signe ses photos Lémerez-Leblanc et s'installe à  Epernay (Marne) où naîtra sa fille unique le 22 décembre 1883. Néanmoins, sous l'enseigne "Photographie du progrès" il reste un photographe itinérant et appose au dos de ses photos une vignette précisant qu'il est de passage pour 30 jours. Il s'installe à  Chaumont (Haute-Marne) où il est recensé en 1891 au 4, boulevard Voltaire. En septembre 1893, il cède son fonds de commerce au photographe troyen Gustave Lancelot. Il opère ensuite à  Châlons-sur-Marne (Marne). Il y est recensé en 1896 au 8, rue du Général-Compère. Il poursuit sa carrière à  Reims où sa présence est attestée en avril 1903.

                                                 -------------------------------

Ferdinand Louis Gabriel Lemercier est né le 16 décembre 1861 à  Laval (Mayenne) fils d'un facteur, . Lors du recensement de 1881, il est photographe, Au printemps 1887, il s'installe à  Epernay (Marne) où il sera caviste. Il faut attendre avril 1895 pour qu'apparaisse le métier de photographe sur l'acte de naissance de son troisième enfant. Son atelier était situé 3,rue de l'Hôpital Auban-Moët (anciennement rue de l'Orme). On ignore jusqu'à  quelle date il a travaillé à  Epernay. Un Lemercier, photographe à  Sainte-Menehould est recensé à  la fin des années 1890

                                                           --------------------------------

Pour ces photographes peut etre 2 ateliers dans l'impasse du Gymnase

Henri Descamp ; début / fin ??28 rue de Chalons

E Rozé ; début / fin ?? le succésseur du 28 rue de Chalons ,on voit l'enseigne sur certaines cpa de le rue.

En 1863, Emile Rozé et Eugène Cissay sont les témoins de mariage et des photographes domiciliés à la même adresse que Pierre dit Louis Courrier au  49, rue Rochechouart à Paris . 

Aubry & Lenzy ; avant 1898 ,pas de date pour Aubry seul !!

Paul Aubry ; est sur des pub en 1908, il sera photographe pendant la guerre 14/18 et connaitra les bombardements voir photo plus bas

G Bonvallet photographe  vers 1900 fin 1908*       28 rue de Chalons

 

                                                    ----------------------------

 E Matheys  ; Photographe avant 1900         1 rue de l'écaille

                                                      --------------------------------

Provenance des enfos pour la plupart ; Jean-Marie Voignier, Répertoire des photographes de France au XIXe siècle. 1993

  • G Beaudoin ; 55 route de Sézanne

    En 1896, il est photographe domicilié 29, rue de Grandpierre

  • G Bonvallet

  • Paul Aubry

    l'entré de l'atelier ( où des ateliers)

  • Georges Félix Durand

    Durand est au N° 3 ,les autres photographes sont au 19, à priori personne n'a repris l'atelier

  • "Photographie du XIXe siècle"

    Par contre si ,quelqu'un a des infos sur cette photo ,surtout le bâtiment avec des arcades, je suis preneur.
    Car sur les vieux plans ,je vois pas ???

  • Matheys

    Pour l'emplacement de nos jours ,l'atelier se trouverai a l'emplacement de la ex-bijouterie Marceau

  • Paulus de son vrai nom Paul Robichon

    Au 2, place de la Gendarmerie sous le nom de Paulus en 1881

  • Place Victor Hugo

    La place de la Gendarmerie est rebaptisée place Victor-Hugo après la mort du poète. Paulus y est recensé en 1886 et 1891.

  • Au 9 Fbg d'Igny

    Lors des recensements de 1896 et 1901, il est .domicilié 9, rue du Faubourg d'Igny

  • Légée

    Au 19 la rue chemin de fer

  • Delzor

    A noté , la rue basse du chemin de fer

  • Delzor ,rue Gambetta 1895

  • Poyet

  • Au début des années 1900

  • les années 1950

    On retrouve le style de nos jours

  • Poujet

  • Autre style

  • Pour l'emplacement !

    Cpa vers 1890 , la rue St Thibault commençait là, car en face vers 1750, il y avait les jardins de la paroisse, qui faisait faire un crochet à la rue

  • Commençons par la plus ancienne

    La rue de l'Orme , partait de la rue des Archers et finissait rue du Haut-Pavé et de la rue de Vertus

  • La plus récente de 1896 quand même !!

    la rue de l'hôpital Auban- Moët , réunie les 2 rues de nos jours ,en sachant , qu'il lui manque el bout " donné" au lycée

  • Carte de visite

  • le début de la rue de l'Hôpital

    Cherchez pas ! y a plus rien ,ni droite ,ni à gauche !!

  • L 'entrée de l'atelier dans les années 80 , 1980!!